Téléchargement et installation de SparkyLinux (#2)

Comme je m’en doutais, une nouvelle version est sortie … c’est donc SparkyLinux 4.3 dev3 MinimalCLI x86_64 que je vais installer aujourd’hui sur la machine dédiée (Espérons qu’à l’issue de cette installation, j’arrive à redémarrer au moins l’un des deux autres systèmes installés sur cette machine).

Précaution avant gravure du CD : vérification # md5sum:
3655084a86fcd8c2c3655e99c172efae  sparkylinux-4.3-dev3-x86_64-minimalcli.iso

Petite lecture utile avant de commencer @ http://sparkylinux.org/how-to-sparkylinux-cli/

Les identifiants au lancement sont les suivants :

login : live

mdp : live

puis on lance l’installation avec la commande :

sudo sparkylinux-installer

(attention, le clavier est pour le moment en qwerty !)

Ensuite, on se laisse guider, à commencer par installer au moins le clavier fr_FR.UFT-8 UFT-8 & éventuellement le clavier fr_FR@euro ISO-8859-15. Ensuite , sélectionner « Don’t touch keymap » puis « Generic 105-key (Intl)  PC » , puis « Other » & rechercher « French », puis « French – French (alternative, Latin-9  only » puis « Right Alt (AltGr) » si c’est votre cas suivi de « No compose Key ».

Vient ensuite l’installation à proprement parler en commençant par le partitionnement :

Dans mon cas, c’est bien sûr sur le disque sda & sur la partition sda1 prévue à cet effet (la swap étant sur sda2)!

Installation en ext4 bien évidemment … et dans le cas présent avec le /home dans la partition root .

Vient ensuite les choix du mot de passe root (toor) , puis du nom de l’utilisateur (user) & du username (user) & de son mot de passe (resu), puis vient le hostname (sparkylinux) …

(attention, le clavier est pour le moment en qwerty !)

Vient ensuite le choix de l’installation du grub (sur sda / Master Boot Record of disk, bien sûr !)

Vient pour terminer le réglage de l’horloge (UTC) Europe/Paris … puis l’installation se lance 🙂

Au cours de celle-ci, il demande quel « desktop » on souhaite installer, alors je sélectionne « enlightenment » (comme évoqué dans un précédent billet), puis il demande de sélectionner un « web browser » : bien évidemement, je choisis « firefox » !

Pour information, l’installateur propose les « desktop » suivants : awesome, bspwm, budgie, cinnamon, enlightenment, fluxbox, gnome-fl & gnome-sh, i3, icewm, jwm, kde, lxde, lxqt, mate, openbox, pantheon,wmaker, xfce : il y a donc l’embarra du choix !

Il en va de même avec les navigateurs internet : chromium, dillo, epiphany, firefox, konqueror, midori, qupzilla  🙂

Ce choix n’était pas proposé par le système lors de la formation de février dernier & par soucis de « simplification », j’ai profité de cette occasion pour installer certains éléments que j’avais prévu pour plus tard : en conséquence,  la numérotation des étapes sera revue & corrigée si nécessaire … on verra tout ça après reboot de la machine  🙂

Tout compris, comptez au moins une bonne demi-heure, voir même 3/4 d’heure pour cette étape…

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s